Coriolis

Cela aurait du être le dernier grand projet de F. Mitterrand, enthousiasmé par ce projet, véritable poême scientifique réaliste.

Pendant artificiel du Mont-Saint-Michel, cette ville nouvelle est une presqu’île qui devient île à marée haute. Energétiquement autonome grâce à l’énergie marémotrice, sans impact sur l’environnement ni rejet, Coriolis devait, entre autres, accueillir le premier centre d’études de l’écologie de la planète. Les affres de la cohabitation ont provoqué l’arrêt des études d’un projet onirique, expérimental et totalement innovant.